fbpx

Beev

4,9 – Rapide et bienveillant !

Les zones à faibles émissions en Europe

Dans plusieurs villes d’Europe, des zones à faibles émissions (ZFE) sont en cours de planification et de mise en œuvre. Même si, à première vue, les ZFE peuvent être considérées comme assez déroutantes, elles sont cruciales pour l’avenir de nos grandes villes et pour l’évolution de l’urbanisme sur tout le continent et dans le monde. Nous avons résumé pour vous les principaux concepts des zones à faibles émissions, en énumérant les raisons, les modalités et les villes européennes où vous les trouverez.

Mais commençons par comprendre ce que sont les zones à faibles émissions !

Table des matières

Nos experts vous répondent avec le sourire

Du lundi au vendredi 9h 12h30 · 14h 19h

Que sont les zones à faibles émissions ?

Les zones à faibles émissions (ZFE) sont des zones urbaines dans lesquelles il n’est possible de pénétrer qu’avec certains types de voitures, à certaines heures et parfois contre le paiement d’un ticket. La possibilité d’entrer dans les zones à faibles émissions dépend du type de véhicule : plus les émissions sont faibles, plus le conducteur a la possibilité d’entrer dans ces zones et plus le ticket est bon marché. 

En outre, pour certains types de voitures plus polluantes, l’entrée dans les ZFE est toujours interdite. Les objectifs des ZFE sont remarquables, car ils visent à réduire la pollution atmosphérique dans les zones à forte densité de population. La réduction des émissions de particules fines, en particulier, est une priorité pour la plupart des gouvernements de l’UE. Les particules fines, le dioxyde d’azote et l’ozone sont les trois principaux polluants atmosphériques préoccupants en Europe et ceux qui sont le plus observés et enregistrés.

Les ZFE peuvent également présenter d’autres avantages collatéraux pour la municipalité. Par exemple, les centres-villes historiques deviennent ainsi plus accessibles et plus sûrs pour les piétons. Mais il faut aussi noter que le paiement du droit d’entrée, parfois exigé, peut aussi être une source de revenus pour les caisses municipales, souvent maigres.

Quels sont les différents types de zones ?

Les sigles utilisés pour ce type de zone peuvent souvent prêter à confusion, c’est pourquoi nous avons dressé une courte liste des principaux sigles existants pour vous aider à vous y retrouver. 

Il existe principalement 3 types de zones à faibles émissions

  • les ZFE (zone à faible émission standard), 
  • les ZCR (zone à circulation restreinte),
  • les ZZE (zone à zéro émission)

Dans les ZFE (zone à faibles émissions), les véhicules à fortes émissions sont interdits à tout moment. Des panneaux indiquent les limites de ces zones. Il appartient aux municipalités de décider quels types de véhicules sont autorisés dans leur ZFE. Par exemple, en France, seuls les véhicules disposant de certaines certifications Crit’air sont généralement autorisés, mais les critères sont définis par les différentes municipalités. 

Les ZFE sont considérées comme l’évolution des anciennes ZCR (zone à circulation restreinte) qui étaient actives jusqu’à la fin de l’année 2019 et qui suivaient fondamentalement les mêmes concepts. Enfin, le terme ZZE (zone à zéro émission) est utilisé pour les zones où seuls les véhicules électriques personnels et les transports en commun sans carbone sont autorisés, à l’exclusion totale de tous les autres types de véhicules.

Comment fonctionnent les zones à circulation restreinte ?

Les zones à circulation restreinte sont assorties d’horaires et d’interdictions qui varient d’une ville à l’autre et se fondent sur la circulation normale des piétons et des véhicules dans les zones en question. Il est nécessaire de respecter fidèlement les indications fournies par les panneaux verticaux placés à l’entrée de ces zones à circulation restreinte, afin d’éviter d’encourir des sanctions qui peuvent atteindre des montants assez élevés. 

Comme mentionné, tous les véhicules ne sont pas autorisés à entrer et à circuler dans une zone à émissions limitées. Outre ceux qui résident dans la zone restreinte, les transports publics, les véhicules d’urgence et les voitures disposant d’un permis de transit spécial (par exemple, les voitures de la police municipale, des forces armées, les voitures conduites par des personnes handicapées, etc.) sont autorisés. L’accès des voitures électriques est réglementé différemment, selon la région concernée. Des permis spéciaux peuvent être demandés pour permettre un accès temporaire aux zones à émissions limitées existantes de la ville, en dérogation aux interdictions existantes, pour des besoins avérés et exceptionnels.

Ces permis sont généralement délivrés aux véhicules utilisés pour effectuer des activités telles que des déménagements, des travaux d’entretien extraordinaires sur des bâtiments, des habitations, des magasins et des voies d’accès à des habitations privées, ainsi que pour charger et décharger des matériaux et du mobilier nécessaires à des événements autorisés. En outre, des autorisations spéciales peuvent être accordées dans le cas d’examens médicaux et d’examens pour les personnes ayant de graves problèmes de marche.

Pourquoi les zones à faibles émissions sont-elles importantes ?

La pollution atmosphérique a diverses conséquences problématiques sur la santé et l’espérance de vie de la population. En fait, selon l’Agence européenne pour l’environnement, en 2019, la pollution atmosphérique a continué à être à l’origine d’une charge importante de décès prématurés et de maladies dans les 27 États membres de l’UE. Cette année encore, 307 000 décès prématurés ont été attribués à l’exposition chronique aux particules fines, auxquels s’ajoutent 40 400 décès précoces attribués à l’exposition chronique au dioxyde d’azote et 16 800 décès prématurés attribués à l’exposition aiguë à l’ozone.

L’objectif du plan d’action “Pollution zéro” est de réduire de 55 % le nombre de décès précoces dus à l’exposition aux particules fines d’ici à 2030, par rapport à 2005. Sur la base de l’estimation de l’AEE de 456 000 décès prématurés attribuables aux particules fines en 2005, cela équivaudrait à réduire de 250 800 le nombre de décès précoces dans l’UE.

Par rapport à 2005. En 2019, ces décès attribués à l’exposition aux particules fines ont diminué de 33 % dans l’UE-27. Si ce taux de réduction se maintient à l’avenir, l’UE devrait atteindre l’objectif du plan d’action “Pollution zéro” dans les temps. 

Les ZFE sont une excellente solution à la pollution atmosphérique, mais les villes de toute l’UE mettent également en œuvre d’autres projets pour atteindre dans les délais les objectifs de l’OMS de 5 µg/m3 pour les PM2,5 (les particules fines sont définies comme des particules d’un diamètre inférieur ou égal à 2,5 microns). Le passage à des modes de production d’énergie propres, la priorité donnée aux transports urbains rapides et aux réseaux de marche et de cyclisme dans les villes, ainsi qu’au fret ferroviaire interurbain, ne sont que quelques-uns des changements urbanistiques et logistiques auxquels nous assisterons dans les villes européennes au cours des prochaines années. L’action la plus efficace que nous pouvons mettre en œuvre dans cette direction est d’augmenter le nombre de transports publics de passagers et de passer à des véhicules plus propres tels que les véhicules entièrement électriques.

Offrez vous une voiture électrique en leasing

Quelles villes ont des zones à faibles émissions en Europe ?

Comme nous l’avons mentionné précédemment, les zones à faibles émissions sont de plus en plus populaires dans toute l’Union européenne, en raison de leur fort potentiel de réduction de la pollution atmosphérique. 

Nous avons répertorié quelques-unes des principales villes qui ont décidé de mettre en œuvre cette modalité de réduction de la pollution.

La France

La France compte actuellement quatre zones à faibles émissions différentes : l’une est située en région parisienne, une autre à Lyon, une autre à Grenoble et une quatrième à Strasbourg. Afin de simplifier le système de gestion de ces zones, un autocollant est placé sur le véhicule, pour définir à laquelle des 6 catégories la voiture appartient. Les catégories sont définies par la certification Crit’air et vont de la catégorie Crit’air 0 (pour des émissions moteur nulles, où les véhicules électriques sont inclus) à la catégorie Crit’Air 5, se référant aux véhicules ayant un coefficient de pollution élevé. Quant aux anciens véhicules à moteur thermique, qui sont évidemment une source de pollution atmosphérique importante en raison de leur technologie de moteur obsolète, ils sont considérés comme “non classés”. 

Nous avons rédigé un article complet sur la certification Crit’Air, en approfondissant le sujet et en expliquant comment obtenir la bonne vignette.

La Belgique

Les zones à faibles émissions de Belgique, appelées localement “zones de basses émissions”, ne sont accessibles qu’à certains véhicules dont les émissions sont faibles à nulles. Il est possible de trouver des ZFE dans les villes de Bruxelles et d’Anvers, et les deux communes exigent que les véhicules s’enregistrent en ligne. En particulier, la commune de Bruxelles n’autorise la circulation que des véhicules diesel immatriculés après janvier 2006 (donc à partir de la norme Euro 3).

Les Pays-Bas

Aux Pays-Bas, la circulation et la pollution atmosphérique sont des sujets très importants et très discutés. C’est pourquoi l’utilisation de voitures électriques est fortement encouragée grâce aux écoquartiers des Pays-Bas, étudiés et créés pour améliorer l’impact environnemental de certaines zones, grâce à des moyens plus durables de créer de l’énergie, de transporter des personnes, de fournir de la nourriture et de gérer les déchets. 

Milieuzones est le nom attribué aux ZFE dans le pays, et actuellement Amsterdam, Arnhem, Den Haag (à partir de juillet 2020), Rotterdam et Utrecht les ont mis en œuvre, définissant des zones où certains types de véhicules sont totalement interdits. Concrètement, à Utrecht et Rotterdam, les voitures diesel fabriquées avant 2001 ne peuvent pas être conduites.

L'Italie

En Italie, les zones à faibles émissions sont appelées “Zona a traffico limitato” (ZTL) et sont très répandues dans le pays. En fait, plus d’une centaine de communes italiennes ont adopté ce type de solution, mais à la différence des autres pays de l’UE, en Italie, les ZTL sont utilisées pour réguler le trafic, mais pas toujours sur la base de critères environnementaux. Si la réduction de la circulation et de la pollution est considérée comme la caractéristique principale de cette solution urbanistique, d’autres éléments importants pris en compte sont la préservation des zones culturelles ou naturelles locales ou la limitation de l’accès excessif des véhicules des touristes. L’organisation et la gestion de la ZTL ne sont pas standardisées dans tout le pays, de sorte que les villes peuvent avoir des règles différentes, en fonction des nécessités et de la nature de la mise en œuvre de la zone à émissions limitées. 

Certaines villes qui ont adopté la ZTL sont par exemple : Milan, Turin, Rome, Naples, Florence et Bari.

L'Espagne

Madrid a mis en place une zone à faibles émissions appelée “Madrid Central”. Il s’agit d’une zone désignée comme faiblement polluée, avec des règles de circulation restreinte, qui est entrée en vigueur fin 2018. Suivant la directive de l’Union européenne, cette mesure vise à améliorer la qualité de l’air et à donner la priorité aux piétons, aux vélos et aux transports publics qui jouent un rôle important. Le véhicule diesel, avec la certification Euro 4 ou Euro 5, a la possibilité d’entrer dans cette zone (même si c’est avec une durée limitée de 2 heures de stationnement maximum). Les véhicules électriques, quant à eux, n’ont aucune limitation pour entrer dans cette zone. 

Depuis 2020, Barcelone a également désigné une zone où les véhicules à gaz d’avant la norme Euro 2 et les véhicules diesel d’avant la norme Euro 4 sont interdits pendant la semaine de 7h00 à 20h00. Et près de 138 villes espagnoles rejoindront le mouvement dans les prochaines années : cela est dû à une loi espagnole spécifique qui a été introduite, obligeant toutes les villes de plus de 50 000 habitants à mettre en œuvre leurs propres zones.

L'Allemagne

L’Allemagne est un pays très respectueux de l’environnement, qui accorde une grande attention à la durabilité et aux problèmes environnementaux. En fait, l’État a été un pionnier des zones à faibles émissions (ZFE) (appelées localement “Umweltzone”). Des centaines de villes allemandes utilisent un système de circulation différenciée, où seuls les véhicules diesel immatriculés après 2006, les véhicules à essence ordinaires immatriculés après 1993 et, bien sûr, les véhicules électriques, peuvent circuler. Elles utilisent un système de certification basé sur un autocollant disponible auprès de détaillants accrédités, autorisant la circulation dans ces zones sans recevoir d’amende. Des restrictions plus drastiques ont été introduites dans certaines villes, comme Hambourg, Stuttgart et Berlin. 

Le Portugal

À Lisbonne, pendant la journée, seuls certains types de véhicules peuvent circuler, avec des exigences différentes dans deux zones distinctes : la première zone est le centre historique, uniquement accessible aux voitures immatriculées après 2000, tandis que la seconde zone est composée de quartiers périphériques accessibles à celles d’après 1997. Dans ce cas également, les véhicules électriques sont autorisés à entrer et à stationner dans la zone à faibles émissions et une vignette est requise pour certifier la caractéristique d’émission zéro et simplifier le système d’amendes.

Le Royaume-Uni

Au printemps 2019, Londres a inauguré une ZFE encore plus restrictive : la zone dite à très faibles émissions (ULEZ). Dans cette zone, les véhicules à essence immatriculés avant 2006 sont interdits, ainsi que les véhicules diesel fabriqués avant 2015. En cas d’infraction à la zone par un véhicule non autorisé, les amendes sont très lourdes. Il est possible de payer une taxe journalière d’environ 15 € pour avoir accès à cette zone, ce qui dissuade l’utilisation de véhicules très polluants.

Pourquoi les véhicules électriques peuvent-ils circuler dans les zones à faibles émissions ?

Les raisons qui expliquent le libre accès des véhicules électriques aux ZFE sont fondamentalement liées à la nature même de ces zones urbaines. 

On peut voir que les zones à faibles émissions ont 4 raisons principales d’exister : 

  • réduire la pollution atmosphérique et les émissions dangereuses en général, 
  • réduire la pollution sonore dans les zones très peuplées,
  • réduire le trafic dans le centre-ville, 
  • augmenter le flux de revenus municipaux.

Une partie des deux dernières, principalement liées aux aspects économiques et urbanistiques de cette solution, nous pouvons voir que les deux premières raisons n’affectent pas les voitures électriques, puisque pour les véhicules entièrement électriques les émissions de CO2 sont de 0g/km, ainsi que pour toutes les autres particules fines dangereuses. En même temps, les moteurs électriques sont nettement plus silencieux que les véhicules à combustion interne, ce qui réduit considérablement la pollution sonore, tout en permettant une mobilité flexible et efficace dans le centre-ville. 

En outre, ce type d’approche favorable des autorités européennes à l’égard des voitures électriques rend ces véhicules nouvelle génération encore plus attrayants pour les particuliers, ce qui contribue à accélérer l’électrification des flottes européennes

En résumé

L’introduction des zones à faibles émissions à travers l’Europe fait partie d’un plan plus vaste et plus innovant. En effet, en interdisant progressivement les véhicules à fortes émissions dans les centres-villes européens, les autorités encouragent leurs citoyens à considérer les nouveaux modes de transport comme le meilleur moyen de protéger l’environnement. Les voitures électriques, en particulier, font l’unanimité : leur structure technologique différente leur permet d’éviter tout type d’émissions de gaz à effet de serre et d’autres gaz d’échappement, ce qui en fait la meilleure solution pour conduire des voitures meilleures et plus vertes, sans se voir imposer aucune limite par les ZFE.

Anaëlle Babled
Anaëlle Babled

À travers la rédaction d'articles, j'aspire à accompagner les particuliers et les professionnels dans leur passage à l'électrique et promouvoir ainsi le développement de la mobilité douce.

À lire aussi