fbpx

Beev

4,9 – Rapide et bienveillant !

Net Zero : est-ce le futur de l’Europe ?

L’Union européenne prévoit de mettre en œuvre la réduction des émissions de CO2 d’ici à 2050 et fixe déjà des objectifs ambitieux pour la fin de la décennie. L’objectif final est l’objectif dit “net zero”, aussi appelé “Zéro émission nette”. En d’autres termes, il s’agit d’un ensemble de politiques et de décisions de développement qui permettront à l’Europe d’être le premier continent où les gaz à effet de serre émis seront équivalents à ceux qui ont été captés. Mais comment vont-ils agir pour atteindre ces objectifs ? Quelles sont les prochaines étapes et combien de temps cela va-t-il prendre ?

Chaque secteur de notre société et de notre économie jouera un rôle crucial – du secteur de l’énergie à l’industrie, en passant par la mobilité, les bâtiments, l’agriculture et la sylviculture. Dans cet article, nous allons expliquer le concept de Net Zero en général et plus particulièrement l’impact de ce processus sur l’industrie du transport et des véhicules électriques et comment vous pouvez faire la différence avec Beev !

Table des matières

Nos experts vous répondent avec le sourire

Du lundi au vendredi 9h 12h30 · 14h 19h

Que signifie le "Net Zero" et pourquoi est-ce important pour l’Europe ?

Le concept de Net Zero (Zéro émission nette) a été conçu pour faire face aux problèmes environnementaux exponentiels liés aux émissions de CO2 libérées dans notre atmosphère. L’idée sous-jacente est la suivante : puisqu’il est presque impossible d’éliminer complètement les émissions provenant de la quasi-totalité des étapes de production et de transport de notre économie. L’Europe s’efforcera à la fois de réduire ces émissions et de mettre en œuvre une stratégie de captage du CO2 permettant d’atteindre un point d’équilibre, où les gaz à effet de serre dans l’atmosphère n’augmentent pas au fil du temps. En d’autres termes, l’expression “émissions nettes zéro” désigne l’équilibre global entre les émissions de gaz à effet de serre produites et les émissions de gaz à effet de serre retirées de l’atmosphère

L’UE vise à atteindre la neutralité climatique d’ici à 2050, c’est-à-dire une économie dont les émissions nettes de gaz à effet de serre sont nulles. Cet objectif est au cœur du Green Deal européen et conforme à l’engagement de l’UE en faveur de l’action climatique mondiale dans le cadre de l’Accord de Paris, signé en 2015 par 192 pays plus l’Union européenne. 

La transition vers une société climatiquement neutre peut être considérée comme un défi urgent, mais aussi comme une grande opportunité de créer un meilleur avenir pour nous tous et les prochaines générations. 

Mais comment l’Union européenne va-t-elle intervenir pour atteindre des objectifs aussi ambitieux ? Et comment pouvez-vous, en tant que particulier ou entreprise, avoir un impact sur tout cela ?

Pour aller plus loin : Green Deal : un tournant pour les voitures électriques.

Net zero : quelles actions cela implique-t-il ?

Le plan consiste à définir certains objectifs pour des années spécifiques dans le futur, afin de créer une diminution graduelle mais constante des émissions de gaz à effet de serre. En fait, l’UE prévoit de réduire les émissions de 55 % en 2030 (par rapport aux niveaux de 1990) et d’atteindre le niveau net zero en 2050. Il est également important de mentionner que la décarbonisation de l’Europe peut avoir de larges avantages économiques, notamment la création d’emplois, le PIB (produit intérieur brut), la croissance et la réduction du coût de la vie. 

Tous les secteurs économiques peuvent et doivent contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Par exemple, l’industrie doit continuer à se moderniser et à évoluer afin de moins polluer, et à l’heure actuelle, la meilleure option semble être le passage à une société plus électrique. Les secteurs de l’aviation et de la marine, qui comptent parmi les sources d’émissions de gaz à effet de serre connaissant la plus forte croissance, doivent devenir plus efficaces sur le plan énergétique et mettre en œuvre l’utilisation de carburants alternatifs et plus écologiques.    

Pour réduire les émissions des industries à forte consommation d’énergie, l’UE a mis en place un système d’échange de quotas d’émission. Le SCEQE (système d’échange de quotas d’émission) est un marché de permis d’émission de carbone qui fixe la quantité d’émissions que les centrales électriques, les installations industrielles et les compagnies aériennes peuvent rejeter dans l’atmosphère. Les niveaux de permis sont progressivement réduits pour diminuer les émissions des industries participantes.

Où devons-nous réduire les émissions ?

Cinq grands secteurs émettent la plus grande partie des gaz à effet de serre de l’Union européenne :

  • 28 % proviennent des transports
  • 26 % de l’industrie
  • 23 % de l’électricité
  • 13 % des bâtiments 
  • 13 % de l’agriculture

Il a été constaté que, dans tous les secteurs, la combustion de combustibles fossiles est la principale source de gaz à effet de serre (GES), représentant 80 % des émissions. Cela permet d’identifier l’élément crucial sur lequel il faut travailler et dont il faut se débarrasser le plus rapidement possible : les combustibles fossiles.

Net zéro Europe émission CO2

Pourquoi est-ce important de se débarrasser des combustibles fossiles ?

Il est désormais essentiel de comprendre comment agir dans chaque secteur d’activité afin de réduire la quantité de gaz à effet de serre émis, tout en maintenant le même niveau de production et de prestation de services et en étant capable de soutenir une croissance et une innovation constantes sur le continent européen. La possibilité de trouver une alternative aux combustibles fossiles et de la mettre en œuvre dans notre société pourrait être la solution à de nombreux problèmes environnementaux auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui et pourrait également créer une économie plus durable, plus efficace et plus équitable. 

Comparez simplement et trouvez le véhicule qui vous correspond

Comment l’UE va planifier pour atteindre l’objectif du Net Zero ?

L’UE peut soutenir et mettre en œuvre la transition en investissant dans des solutions technologiques réalistes, en responsabilisant les citoyens et en harmonisant les actions dans des domaines clés tels que la politique industrielle, le financement et la recherche, tout en garantissant l’équité sociale pour une transition juste.

Partant de ce principe, l’UE a défini une stratégie différente pour atteindre cet objectif : 

Le pouvoir : la transition et le rôle crucial qu'il joue

Étant donné que les technologies de production d’énergie éolienne et solaire sont déjà disponibles et qu’il est possible de les développer dans le secteur privé et public, l’électricité serait probablement le secteur le plus rapide à décarboniser. Il est important de tenir compte du fait que la demande d’électricité doublerait, puisque d’autres secteurs passeront à l’électricité et à l’hydrogène vert, ce qui nécessitera une mise à l’échelle et une amélioration rapides de la production renouvelable et de la capacité de stockage. Étant plus “centralisé” que d’autres secteurs, il est également plus facile pour les États et les gouvernements de mettre en œuvre une stratégie efficace de production d’électricité. L’année 2040 est considérée comme l’année possible pour atteindre la neutralité carbone pour la production d’électricité.

Le transport : quel est son avenir ?

Ce secteur est crucial pour l’objectif “Net Zero”, car il s’agit de l’industrie qui a le plus d’impact sur les émissions de gaz à effet de serre, avec plus de 28 % de l’ensemble des émissions. Les véhicules électriques sont largement considérés comme la meilleure option pour résoudre le problème. En effet, dès que la majorité des véhicules seront électriques, les émissions diminueront rapidement. Même si la solution semble plus facile que dans le secteur de l’électricité, il faudra environ 10 ans pour créer la chaîne d’approvisionnement appropriée pour les véhicules et les stations de recharge. Ce secteur atteindra l’objectif de neutralité carbone d’ici à 2045 environ. 

Bâtiments : comment le secteur du logement évolue-t-il ?

La plupart des technologies nécessaires à la décarbonisation du secteur du bâtiment sont déjà disponibles. Cependant, le travail de rénovation dans l’ensemble de l’Union européenne est massif et pourrait prendre beaucoup plus de temps comparé à d’autres secteurs. Les principaux changements à mettre en œuvre sont l’utilisation de 100 % d’énergies renouvelables pour les besoins domestiques, la réduction d’au moins 60 % de l’utilisation du gaz et la mise en place d’une meilleure isolation thermique pour consommer moins d’énergie. Le secteur du bâtiment devrait atteindre le niveau net zero à la fin des années 2040.

Le secteur de l'industrie : qu’en est-il pour le secteur industriel ?

Il s’agit du secteur le plus complexe et le plus coûteux à décarboniser. En effet, l’industrie aurait besoin de certaines technologies encore en cours de développement. La production de biens et de matériaux de toute nature étant fondamentale pour notre société et notre économie, il est très complexe d’atteindre un point durable pour chaque secteur industriel.

En outre, le caractère distinctif de l’industrie rend la situation encore plus complexe et difficile pour l’améliorer. En conséquence, il a été estimé qu’elle atteindrait le niveau net zero d’ici à 2050. Même à ce stade, l’industrie produira encore de grandes quantités de gaz à effet de serre, mais, espérons-le, de manière plus contrôlée et plus gérable qu’aujourd’hui.

Agriculture : quel rôle joue la production alimentaire ?

L’utilisation de pratiques agricoles plus efficaces pourrait réduire les émissions agricoles. Mais c’est de loin le secteur le plus difficile à réduire, car plus de la moitié des émissions agricoles proviennent de l’élevage d’animaux pour l’alimentation et ne peuvent être réduites sans des changements significatifs dans la consommation de viande ou des percées technologiques. À l’instar de l’industrie, notre voie optimale en termes de coûts nécessite de compenser les émissions de l’agriculture par des émissions négatives dans d’autres secteurs et d’accroître les puits de carbone naturels. Des solutions différentes et intéressantes ont été mises au point ces dernières années, mais pour les transposer à plus grande échelle, il faut un effort commun qu’il est presque impossible de prévoir. Ce qui est sûr, c’est que la consommation de viande rouge devrait diminuer au cours de la prochaine décennie, avec une tendance croissante à se tourner vers la viande blanche et les alternatives végétales. 

En matière d’absorption de CO2, il existe également 2 autres possibilités principales mises en œuvre par l’UE :

L'utilisation des terres, le changement d'affectation des terres et la foresterie (LULUCF)

L’utilisation des terres, le changement d’affectation des terres et la foresterie permet de rendre compte des flux de CO2 entre les différents réservoirs terrestres (biomasse, sols, etc.) et l’atmosphère qui ont lieu sur les surfaces gérées d’un territoire. Il peut ainsi constituer une source nette ou un puits net de CO2.

Les technologies de captage et de séquestration du carbone

Également appelée CSC, elle se définit comme le processus de capture et de stockage du dioxyde de carbone (CO2) avant son rejet dans l’atmosphère. Cette technologie peut capter jusqu’à 90 % du CO2 libéré par la combustion de combustibles fossiles pour la production d’électricité et les processus industriels.

Offrez vous une voiture électrique en leasing

L'impact des politiques "zéro émission" sur les véhicules électriques

Comme nous l’avons expliqué précédemment, le secteur des transports jouera un rôle crucial dans la réalisation des objectifs du programme “zéro émission”. Le passage à une société verte basée sur l’électricité sera l’un des principaux objectifs de l’UE dans les prochaines décennies, il est fondamental de comprendre l’importance des VE (véhicules électriques) dans la société future. 

Avec 6,5 millions de voitures électriques vendus en 2021, il est évident que le processus d’électrification du secteur des transports s’accélère et que ce n’est qu’une question de temps avant que la majorité des véhicules de passagers ne soient électriques. Cela a diverses implications pour le secteur des véhicules électriques, par exemple : 

  • la diminution du prix des voitures électriques au fil du temps, grâce au développement de technologies plus efficaces et moins chères, à l’expansion de la chaîne d’approvisionnement et au phénomène des économies d’échelle. 
  • l’augmentation du nombre de points de recharge dans les villes européennes, qui rendra la possession d’un VE (véhicule électrique) plus facile et plus pratique.
  • la possibilité d’une crise des batteries dans un avenir proche, où la demande dépassera l’offre de matières premières et de production. 
  • la diminution des primes et des incitations accordées aux citoyens de l’UE pour l’achat d’un véhicule électrique, en raison de leur expansion et de leur généralisation. Vérifiez quels bonus sont disponibles pour vous en ce moment. 
  • l’interdiction de la vente de nouveaux moteurs à combustion interne dans un avenir très proche (2035 pour l’ensemble de l’UE, mais même avant pour certains États membres). 
  • l’augmentation des prix de l’essence et du diesel et une diminution inverse des coûts de l’électricité.

L'impact sur les consommateurs

Lorsqu’une transformation de grande ampleur et ayant un impact tel que la transition énergétique et la création d’une société plus durable est mise en œuvre, il est évident que chaque individu sera touché de différentes manières et à différents degrés. Voyons quelques exemples de ce qui pourrait changer à l’avenir dans la vie des consommateurs : 

  • l’augmentation des prix du gaz, du diesel et des dérivés de l’essence aura un impact sur notre porte-monnaie. 
  • la généralisation de la production et de la consommation électriques rendra les produits et services électriques plus pratiques. 
  • la mise en place de primes et d’incitations pour les véhicules électriques, les énergies renouvelables privées et l’efficacité des logements vous donnera la possibilité de faire des économies. 
  • en améliorant la qualité de l’air et en diminuant généralement la pollution, les actions Net Zero amélioreront évidemment la qualité de vie générale des citoyens. 
  • de nouvelles possibilités et de nouveaux lieux de travail seront créés et proposés à l’avenir. 

Pour les entreprises

Un changement de nos modèles économiques est crucial pour atteindre les objectifs de Net Zero dans les temps. C’est pourquoi les entreprises joueront un rôle important dans cette transformation et seront probablement davantage guidées par les gouvernements et les organisations internationales pour créer un changement ayant un impact sur l’ensemble de la planète. Qu’est-ce qui est le plus susceptible de se produire dans le futur ? 

  • l’électrification des différentes industries rendra plus pratique le passage aux technologies électriques. 
  • l’interdiction des moteurs à combustion interne rendra les flottes électriques plus pratiques pour les entreprises. 
  • la tendance générale en faveur de la durabilité et de la transition électrique rendra votre entreprise plus attrayante pour les clients concernés si vous optez pour des solutions plus écologiques. 
  • la durabilité est également synonyme d’efficacité, ce qui pourrait permettre aux entreprises de réaliser d’importantes économies de ressources et d’argent. 

En conclusion

En poursuivant la décarbonisation, l’UE pourrait effectivement devenir indépendante sur le plan énergétique. Entre 2020 et 2050, la demande de pétrole, de gaz et de charbon diminuerait de 80 %

Bien que l’Union européenne ne dépende plus des importations de combustibles fossiles, elle pourrait développer de nouvelles dépendances à l’égard des importations de technologies essentielles à une économie à émissions nulles. Aujourd’hui, par exemple, les panneaux solaires sont principalement importés dans l’UE, et certaines matières premières essentielles, comme le cobalt pour les batteries ou l’iridium pour les électrolyseurs, ont une base de fournisseurs limitée.

Le passage aux technologies à émissions nulles pourrait également influencer la dynamique concurrentielle et déplacer les lieux de production. L’adaptation au changement pourrait menacer certains pans de l’économie de l’UE, tout en créant de nouvelles opportunités. 

Cette évolution créera d’énormes opportunités pour les citoyens et les entreprises, mais elle pourrait aussi générer du stress et des problèmes pour ceux qui ne s’adapteront pas à temps. En raison de l’augmentation de la demande et de l’éventuelle pénurie future de certaines matières premières et de certains éléments cruciaux pour la production de biens électriques, agir à l’avance pourrait être une sage décision et simplifier considérablement notre vie dans les prochaines années. 

Anaëlle Babled
Anaëlle Babled

À travers la rédaction d'articles, j'aspire à accompagner les particuliers et les professionnels dans leur passage à l'électrique et promouvoir ainsi le développement de la mobilité douce.

À lire aussi