fbpx

Beev

4,9 – Rapide et bienveillant !

30 % des Français réfléchissent à l’achat d’une voiture électrique

Les Français sont-ils de plus en plus attirés par l’électrique ? Selon un sondage publié par l’institut Odoxa, 30 % d’entre eux envisagent d’acheter une voiture électrique. Cette enquête nous révèle que le coût plus élevé d’un véhicule électrique par rapport à une voiture thermique, le manque d’autonomie  et un nombre trop peu élevé de bornes de recharge sont les principaux freins à l’achat d’une voiture électrique. Le prix est un frein pour 72 % des Français, l’autonomie limitée pour 53 % d’entre eux et 37 % sont réfractaires vis-à-vis du peu de stations de recharge disponibles actuellement. Cette enquête nous apprend aussi que 54 % des Français envisagent d’acheter un modèle hybride. Une donnée intéressante qui démontre l’intérêt des Français envers un nouveau mode de transport, et également une conscience écologique.

Cette étude réalisée sur internet début octobre auprès d’un échantillon de 1 000 Français et 304 professionnels de la technologie, du numérique et de l’innovation met en avant le fait que seulement 12 % des Français se disent “attachés” aux véhicules thermiques. Les aides de l’État, telles que le bonus écologique et la prime à la conversion, sont autant d’arguments qui les incitent à sauter le pas. Ils sont bien conscients des avantages que peuvent leur apporter les voitures électriques par rapport aux voitures thermiques (silence, confort de conduite, facilité d’entretien, réduction d’émission de gaz à effet de serre, absence de restriction de circulation, gratuité du stationnement). Pour 63 % d’entre eux, les véhicules hybrides semblent aussi être une alternative intéressante.

Table des matières

Nos experts vous répondent avec le sourire

Du lundi au vendredi 9h 12h30 · 14h 19h

Un objectif, des solutions ?

Plusieurs actions sont ainsi à mettre en place pour mener à bien les ambitions du pays concernant la limitation des émissions liées à l’usage des véhicules à moteur. Des émissions moyennes de CO2 qui tendent à la baisse (96,8 g/km en 2020 contre 111,5g/km en 2019). L’objectif étant donc de poursuivre cette évolution pour abaisser à 61,75g/km la limite d’émission de CO2 à partir de 2030. Cela implique finalement, pour la France, de mettre en place des bonnes infrastructures adéquates et disponibles pour le plus grand nombre. 

Un nombre plus important de bornes de recharge publiques doit être installées et même dans les zones les plus reculées pour permettre aux plus grands nombres de recharger leur véhicule électrique facilement et rapidement. Étant une des plus grandes inquiétudes des Français au moment de l’achat d’un modèle électrique, ils ont également besoin d’être rassurés concernant l’autonomie. Souvent décriés dans le passé et à l’apparition des premières voitures électriques, l’autonomie doit être dorénavant capable de les amener aisément d’un point A à un point B au quotidien ou même lors de leur vacance.  Il en va de même pour les technologies à bord et les systèmes de sécurité qui représente un élément clé lors d’une telle acquisition.  

Lire aussi → Des éléments soulignés plus en détail par Fabrice Catala, associé du groupe Kéa.

Coté professionnels de la technologie, interrogés plus en détail, et généralement plus urbains et aisés, l’intérêt concernant les véhicules électriques est plus large : 45 % ont envisagé l’achat d’un véhicule électrique et 60 % d’un hybride. Une tendance motivée aussi par les différentes aides que l’État accorde aux entreprises (bonus écologique, prime de conversion) pour renouveler ou acquérir de nouveaux véhicules électriques dans leur flotte automobile. La prime Advenir permet également de couvrir à hauteur de 20 % le montant d’achat et installation d’une borne. Le montant est fixé 600 € HT maximum par borne de recharge.

Lire aussi En savoir plus sur les aides pour l’achat de véhicule électrique 

Malgré un engouement grandissant pour les voitures à énergies nouvelles et notamment pour les véhicules électriques, les Français sont conscients qu’ils sont de plus en plus chères à l’achat. 22 % des Français se disent prêts à ne plus posséder de voiture et la moitié des salariés interrogés travaillent dans une entreprise qui encourage une mobilité plus écoresponsable, qu’il s’agisse de vélo ou de covoiturage.

Lire aussi → Voiture électrique : coup de pouce du gouvernement pour la mobilité électrique

Adrien-Maxime MENSAH
Adrien-Maxime MENSAH

Croire en l'électrification des véhicules, c'est déjà avoir fait la moitié du chemin vers sa transition écologique, pour cela je vous propose du contenu sur l'environnement de l'électrique.

À lire aussi