Offre 25 ans smart : Remise de 3 000€ sur la smart #3 et 4 000€ la smart #1, toutes finitions et options

Comprendre la consommation réelle des voitures électriques

consommation voitures électriques

Pour choisir judicieusement une voiture électrique, il est essentiel de comprendre sa consommation réelle d’énergie, souvent différente des chiffres annoncés. En 2023, la Peugeot e-208, par exemple, a affiché une consommation de 12 kWh/100 km en milieu urbain, mais cette consommation s’envole à 21 kWh/100 km à une vitesse de 130 km/h sur autoroute, ce qui révèle un écart important selon les conditions de conduite.

Le cycle WLTP, utilisé pour mesurer l’autonomie des véhicules électriques bien que plus réaliste que l’ancien NEDC ne demeure pas pour autant 100 % fiable. L’autonomie réelle sur autoroute peut représenter seulement 50 à 60 % de l’autonomie WLTP annoncée.

La connaissance de ces différences est cruciale pour les conducteurs de voitures électriques, leur permettant de faire des choix éclairés en fonction de leurs habitudes de conduite et de leurs besoins quotidiens.  Découvrez donc dans cet article les facteurs influençant la consommation et l’autonomie des voitures électriques, des conseils pour mesurer et optimiser ces paramètres, et une comparaison des coûts avec ceux des véhicules thermiques.

À lire aussi → Norme WLTP : nos experts vous expliquent

Table des matières

Nos experts vous répondent avec le sourire

Du lundi au vendredi
9h 12h30 · 14h 19h

Quels sont les facteurs influençant la consommation des voitures électriques ?

L’impact du modèle et des caractéristiques techniques

Les caractéristiques techniques d’une voiture électrique jouent un rôle crucial dans sa consommation énergétique. Comprendre ces facteurs peut aider les consommateurs à faire des choix plus éclairés et à optimiser l’utilisation de leur véhicule. 

La capacité de la batterie

La capacité de la batterie, exprimée en kilowattheures (kWh), est l’un des facteurs déterminants de la consommation énergétique et de l’autonomie d’un véhicule électrique. Par exemple, une batterie avec une capacité plus élevée permet généralement une plus grande autonomie. Cependant, des batteries plus grandes et plus lourdes peuvent augmenter la consommation énergétique globale du véhicule en raison de leur poids supplémentaire. Par exemple, la Tesla Model S Plaid, avec une batterie de grande capacité, affiche une consommation moyenne de 21,1 kWh/100 km.

L’aérodynamisme

L’aérodynamique d’un véhicule influence également sa consommation d’énergie. Une forme plus profilée réduit la résistance à l’air, permettant ainsi au véhicule de consommer moins d’énergie pour maintenir une vitesse stable. Par exemple, la Tesla Model 3, connue pour son design aérodynamique, présente une consommation relativement basse de 14,7 kWh/100 km dans des conditions mixtes de conduite, contribuant à une autonomie plus élevée sans augmenter la taille de la batterie.

La motorisation

Le type de moteur électrique utilisé affecte également la consommation. Les moteurs électriques modernes, comme ceux utilisés dans les véhicules Tesla ou Hyundai, sont conçus pour maximiser l’efficacité énergétique, convertissant jusqu’à 90 % de l’énergie électrique en mouvement, contre environ 30 % pour les moteurs à combustion. Cette efficacité se traduit par une consommation énergétique moindre pour une puissance donnée.

 

À lire aussi → Réduire la consommation d’énergie d’une voiture électrique : 8 astuces

L'importance de l'éco-conduite

L’écoconduite est une pratique essentielle pour optimiser la consommation d’énergie des voitures électriques. En adoptant des techniques de conduite plus douces et plus réfléchies, les conducteurs peuvent non seulement augmenter l’autonomie de leur véhicule, mais aussi réduire leur impact environnemental. Elle implique plusieurs pratiques qui visent à minimiser la consommation du véhicule :



  • Éviter les accélérations brusques et privilégier une montée progressive en vitesse peut réduire la consommation d’énergie jusqu’à 20 %. 
  • Anticiper les arrêts en utilisant le freinage régénératif au lieu du frein traditionnel, les conducteurs pourront ainsi récupérer une partie significative de l’énergie utilisée.
  • Maintenir une vitesse modérée pour réduire la consommation d’énergie.



Quels sont les bénéfices ? 

 

Les études montrent que l’éco-conduite peut améliorer l’efficacité énergétique des véhicules électriques de 10 à 25 %, selon le style de conduite et les conditions de circulation. Cela se traduit par une autonomie prolongée et des économies substantielles sur les coûts de recharge. L’adoption de l’écoconduite est donc non seulement bénéfique pour le portefeuille du conducteur, mais également pour la planète. En réduisant la consommation énergétique, les conducteurs contribuent à diminuer la demande globale en énergie et les émissions de CO2 associées à la production d’électricité.

 

À lire aussi → L’éco-conduite : définition et comment la pratiquer ?

Mesurer la consommation et l'autonomie réelle

Différences entre autonomie annoncée et réelle

L’autonomie des voitures électriques est le critère clé pour les acheteurs en devenir. Toutefois, il est crucial de comprendre que l’autonomie réelle peut différer significativement de celle annoncée par les constructeurs, en raison des méthodes de test utilisées.

Comment analyser l’écart entre les chiffres indiqués et les performances réelles ?

Les constructeurs utilisent le cycle WLTP pour estimer l’autonomie des véhicules électriques, car il est considéré plus représentatif des conditions de conduite réelles par rapport à l’ancien cycle NEDC (New European Driving Cycle). Cependant, même le cycle WLTP peut présenter des écarts. Par exemple, une étude a révélé que l’autonomie réelle d’une voiture électrique sur autoroute à pleine vitesse peut être de 50 à 60 % inférieure à l’autonomie WLTP annoncée.


Exemples : La Renault Zoë e-Tech affichant 390 km n’offre en réalité que 220 km d’autonomie en conditions réelles d’utilisation sur autoroute. Pour sa part, la Tesla Model 3, bien que présentée avec une autonomie de 560 km, atteint seulement 388 km en utilisation réelle.

Quelle est l’influence des conditions de test sur les résultats ?

Le cycle WLTP intègre différents scénarios de conduite, incluant : 

 

  • la vitesse moyenne, 
  • les arrêts, 
  • la variation des vitesses. 

 

Cependant, il est réalisé dans des conditions de laboratoire qui peuvent ne pas refléter parfaitement les conditions réelles de conduite, telles que le type de route, le style de conduite, les conditions météorologiques et le chargement du véhicule. Ces facteurs peuvent tous influencer négativement l’autonomie réelle par rapport à celle testée en laboratoire.

La température extérieure joue également un rôle significatif dans la performance des batteries des véhicules électriques. Les basses températures peuvent réduire l’autonomie d’une voiture électrique de 20 à 40 % en raison de la diminution de l’efficacité de la batterie.

La connaissance de ces différences est essentielle pour les conducteurs et les futurs acheteurs de véhicules électriques, car elle permet de mieux prévoir l’autonomie en fonction de leurs besoins quotidiens et des conditions de conduite prévues.



À lire aussi → Autonomie des batteries de voitures électriques : où sommes-nous ?

Quels sont les outils et méthodes de mesure ?

Pour mesurer précisément l’autonomie et la consommation des véhicules électriques, plusieurs outils et méthodes sont utilisés, allant des applications mobiles à des dispositifs technologiques avancés. Ces outils aident les utilisateurs à obtenir des données plus fiables sur la performance de leur véhicule électrique en conditions réelles.

Outil Fonction principale Avantages Exemple d'utilisation Remarque
Applications mobiles
Suivi en temps réel de la consommation d'énergie et localisation des stations de recharge
Facile à utiliser, fournit des mises à jour interactives et en temps réel, souvent gratuite
Utilisateurs suivant leur consommation durant un trajet, planifiant des recharges sur longs parcours
Idéal pour les conducteurs réguliers qui veulent optimiser leurs arrêts de recharge
Systèmes de gestion de la batterie (BMS)
Surveillance continue de l'état de la batterie et calcul précis de l'autonomie restante
Intégration directe dans le véhicule, offre des données précises sur la santé de la batterie
Conducteurs analysant la performance de leur batterie pour maximiser l'autonomie
Essentiel pour le maintien à long terme de la batterie et la prévention des dégradations
Scanners OBD2
Lecture des données de gestion du véhicule via le port OBD2 pour un diagnostic approfondi
Fournit des détails techniques sur le fonctionnement du véhicule, permet une personnalisation avancée
Techniciens et propriétaires de véhicules réalisant des diagnostics ou des ajustements spécifiques
Requiert un certain niveau de connaissances techniques pour exploiter pleinement les données recueillies

Coûts associés à la consommation électrique

Le coût de la recharge à domicile et en borne publique

La recharge des véhicules électriques peut se faire à domicile ou via des bornes publiques, chacune présentant des coûts variables en fonction de divers facteurs.

La recharge à domicile est souvent la plus pratique et la moins coûteuse des options. Les coûts dépendent principalement du tarif de l’électricité résidentielle, qui varie selon le fournisseur et l’option tarifaire (heures pleines/heures creuses). En France, le coût moyen pour recharger une voiture électrique à domicile avec un tarif réglementé peut varier de 0,1828 €/kWh en heures creuses à 0,2460 €/kWh en heures pleines. Pour une voiture consommant 15 kWh/100 km, cela représente un coût de 2,74 € à 3,69 € pour 100 km parcourus.

Les coûts des bornes publiques varient plus largement en raison des différents niveaux de service (recharge lente, rapide, ultra-rapide) et des politiques tarifaires de chaque opérateur. Par exemple, une recharge sur une borne rapide peut coûter environ 0,40 € par kWh chez Tesla, tandis que d’autres réseaux peuvent facturer à la minute, comme Ionity qui propose des tarifs autour de 0,59 € par minute. Ces coûts peuvent significativement augmenter le coût total de la recharge, surtout pour les sessions rapides ou ultra-rapides.

 

À lire aussi → Quel prix pour la recharge d’une voiture électrique ?

Comparaison des coûts avec les véhicules thermiques

Les voitures électriques, bien que plus chères à l’achat, peuvent offrir des économies significatives sur les coûts de fonctionnement. Prenons l’exemple d’une voiture électrique typique consommant 15 kWh aux 100 km. Avec un tarif d’électricité moyen de 0,20 €/kWh, cela équivaut à un coût de 3,00 € pour 100 km. En comparaison, une voiture à essence consommant 6 litres aux 100 km, avec le prix du carburant à 1,50 €/litre, coûterait 9,00 € pour la même distance.

Les véhicules électriques ont généralement des coûts d’entretien inférieurs aux véhicules à essence. Cela est dû à moins de pièces mobiles et à l’absence de systèmes complexes comme les moteurs à combustion interne et les transmissions traditionnelles. Les estimations suggèrent que les coûts d’entretien des véhicules électriques peuvent être réduits de 30 à 40% par rapport aux véhicules à essence.

Le gouvernement offrent de nombreuses incitations fiscales pour l’achat de véhicules électriques comme le bonus écologique et la prime à la conversion. Elles compensent le coût initial plus élevé. Ces incitations incluent également des réductions de taxe, des crédits d’impôt, ou des exemptions de certaines charges.

 

À lire aussi → Comparaison des coûts avec les véhicules thermiques

Conclusion

Il est donc important de bien comprendre les facteurs influençant la consommation des voitures électriques pour une adoption plus claire et efficace. De l’éco-conduite qui optimise l’utilisation de l’énergie à l’analyse des coûts de recharge, chaque aspect joue un rôle clé dans la maximisation de l’efficacité énergétique. Dans un monde en rapide transition vers des solutions plus durables, se familiariser avec ces éléments permet aux consommateurs de faire des choix informés qui soutiennent à la fois l’environnement et l’économie personnelle.

Picture of Adrien-Maxime MENSAH
Adrien-Maxime MENSAH

Croire en l'électrification des véhicules, c'est déjà avoir fait la moitié du chemin vers sa transition écologique, pour cela je vous propose du contenu sur l'environnement de l'électrique.

Tags :

Avec Beev

Passez à la

ou installez votre

Pour les particuliers et les entreprises

Découvrez notre newsletter

Avec Beev

Passez à la

ou installez votre

Pour les particuliers et les entreprises