fbpx

Beev

4,9 – Rapide et bienveillant !

Quel futur pour la voiture électrique ?

Table des matières

Nos experts vous répondent avec le sourire

Du lundi au vendredi 9h 12h30 · 14h 19h

Les voitures électriques à l’échelle mondiale

Pour commencer, faisons un état des lieux de la présence des véhicules électrique sur le marché automobile dans le monde ainsi que de l’état d’esprit des automobilistes en ce qui concerne la voiture électrique.

La proportion de l’électromobilité sur le marché de l’automobile

Pour ce qui est de la proportion de voitures électriques sur le marché, l’Europe reste en tête du classement en termes du nombre d’immatriculations de véhicules électrifiées enregistrées sur le territoire. 

À l’échelle des pays, c’est la Norvège qui est en tête de lisse avec une large part du marché automobile consacrée à la mobilité électrique. En effet, sur le territoire norvégien, à l’issue du premier semestre 2022, plus de trois sur quatre des véhicules nouvellement immatriculés étaient électriques. À titre de comparaison, la France n’enregistre que 12% de voitures électriques sur la part totale du parc automobile français, un chiffre nettement améliorable.

La tendance actuelle est donc relativement du côté du passage à l’électrique, avec un nombre croissant d’automobilistes chaque année qui souhaite se tourner vers les véhicules décarbonés.

L’intérêt des automobilistes pour la mobilité électrique

L’attrait et la sensibilité des automobilistes pour la mobilité électrique est-elle homogène selon les pays ? Il s’avère que ce n’est pas vraiment le cas.

Une enquête menée par le Global Consumer Survey a étudié la part des répondants envisageant la voiture électrique comme option pour l’achat de leur prochain véhicule.
Selon les résultats de l’étude, le taux d’intérêt pour les véhicules électriques en 2022 reste très disparate d’une nation à l’autre.

Ainsi, on retrouve la Corée en tête de cette enquête. En effet, les coréens s’affichent comme la population la plus intéressée par les voitures électriques avec une part de 40% présentant un intérêt pour les voitures électriques. Nous retrouvons ensuite la Suisse, à la deuxième place, avec une part de 34% d’intéressés pour la mobilité électrique.

Enfin, en dernière place du podium, on retrouve le Royaume-Uni qui talonnent les Suisses avec une part de 33% des Britanniques considérant la voiture électrique comme une option pour l’achat de leur prochain véhicule. 

En ce qui concerne la France, celle-ci ne présente pas des résultats aussi encourageants. En effet, l’hexagone se place bonne dernière du classement, avec une part de seulement 19% des Français se disant intéressés par l’acquisition d’un véhicule électrique.
Ainsi, une marque de progression conséquente est encore possible pour encourager les Français vers le passage à l’électrique.

Cependant, les résultats peuvent diverger d’une étude à l’autre. En effet, un sondage publié par l’institut Odoxa a également cherché à mesurer l’intérêt des Français pour les voitures électriques. Résultat des sondés : 30% d’entre eux envisagent d’acheter un véhicule électrique.

En ce sens, les mesures étatiques sont aussi un levier important à prendre en compte pour faciliter et accélérer la transition du territoire français vers l’électrique. C’est ce dont nous allons traiter à présent.

 

Lire aussi : Pourquoi passer à la voiture électrique en 2022 ?

Vous souhaitez passer à l’électrique ?

Beev propose des offres de véhicules 100% électriques multi-marques au meilleur prix ainsi que des solutions de recharge.

Les mesures gouvernementales en faveur des voitures électriques

La fin des véhicules thermiques au profit de l’électrique

Au détriment d’une transition plus progressive, l’Union Européenne a plutôt misé sur des mesures offensives avec l’annonce de la fin des véhicules thermiques d’ici à 2035. Ces décisions ont été adoptées dans un objectif de décarbonisation du marché de l’automobile et, plus largement, dans une logique de préservation de l’environnement, plus que nécessaire.

Dans le même temps, aux États-Unis, le gouvernement de Biden a également pris des mesures au profit de la mobilité électrique, en se fixant l’objectif d’électrifier 50% du parc automobile américain d’ici à 2030.

Lire aussi : Voiture électrique : coup de pouce du gouvernement pour la mobilité électrique


Tout ceci représente des données prometteuses. Néanmoins, la mobilité électrique ne fait toujours pas l’unanimité. En effet, certains pays européens s’affichent toujours particulièrement réticents à l’idée de l’implantation de mesures gouvernementales en faveur de l’électrique. C’est le cas de l’Italie, du Portugal, de la Slovaquie, de la Roumanie ainsi que la Bulgarie.

Ainsi, ces derniers se montrent opposés à une transition si rapide vers un marché automobile 100% zéro-émission et souhaitent bénéficier d’un report de 5 ans pour finaliser le processus de disparition totale des véhicules thermiques

Les marques automobiles s’engagent, elles aussi, peu à peu, dans la transition vers les véhicules décarbonés, à l’instar de Jaguar qui souhaite proposer un catalogue 100% électrique dès 2025. C’est également le cas pour le constructeur suédois Volvo, qui s’est engagé à lancer un nouveau modèle de véhicule électrique par an, avec l’objectif, pour 2025, que la moitié de leurs ventes concernent des voitures 100% électriques.

Le réseau de points de recharge à l’échelle de l’Europe

Afin de mener à bien l’expansion des véhicules électriques, il est primordial d’assurer une installation croissante et proportionnelle du nombre de bornes de recharge disponibles, et ce, de la manière la plus uniforme possible sur le territoire. 

La multiplication des bornes de recharge sur le sol français

Selon l’Avere France, 71 630 bornes de recharge sont actuellement disponibles sur le territoire français. Un chiffre en progression, certes, mais qui reste néanmoins insuffisant. En effet, il est nécessaire de multiplier les efforts pour assurer une disponibilité homogène et optimale des points de recharge sur l’ensemble du pays, particulièrement dans les zones les plus rurales qui témoignent encore d’un manque conséquent de bornes de recharge.

Une nouvelle aide financière pour l’installation de bornes de recharge

Dans ce sens de volonté d’expansion du nombre de points de recharge sur l’hexagone, le gouvernement français vient de mettre en place une nouvelle aide financière en faveur de l’installation de bornes de recharge pour les petites stations-services. Le gouvernement a annoncé que cette aide permettrait de couvrir entre 60% et 70% du montant total d’installation d’une borne de recharge.

Ainsi, ce soutien étatique est destiné à enclencher un processus de développement massif des points de recharge pour voitures électriques dans les zones rurales, à destination des petites stations-services. Ce nouveau coup de pouce de l’État vise à diminuer les disparités liées à l’absence de bornes de recharge en campagne et assurer ainsi une expansion homogène de celles-ci.

Bonus écologique

Au niveau des subventions applicables aux véhicules électriques, le bonus écologique est également disponible.

Par ailleurs, d’après les dernières annonces du gouvernement, une solution de leasing social a aussi été mis en place.
Ainsi, le montant du bonus écologique passe à présent de 6 000 € à 7 000 € pour la moitié des ménages, les plus modestes, qui souhaitent acquérir un véhicule vert.

Pour ce qui est des montants du bonus écologique, à destination des particuliers et des professionnels, pour l’année 2023, voici un tableau récapitulatif : 

Catégories Depuis le 1er juillet 2021 À partir du 1er janvier 2023
Véhicules électriques (taux de CO2 ⩽ 20g/km) de moins de 47 000 €
27 % du prix plafonné à 6 000 €
27 % du prix plafonné à 5 000 €
Véhicules électriques (taux de CO2 ⩽ 20g/km) de moins de 47 000 € (personne morale)
27 % du prix plafonné à 4 000 €
27 % du prix plafonné à 3 000 €
Véhicules électriques (taux de CO2 ⩽ 20g/km) de 47 000 € à 60 000 €
2 000 €
1 000 €
Camionnettes électriques ou véhicules fonctionnant à l’hydrogène (taux de CO2 ⩽ 20g/km) de plus de 60 000 €
2 000 €
1 000 €
Véhicule hybride rechargeable (taux de CO2 entre 21 et 50 g/km) de 50 000 € au maximum et autonomie > à 50 km
1 000 €
0 €

La disponibilité des bornes de recharge en Europe

À l’échelle de l’Union Européenne, on recense 330 000 bornes de recharge publiques à l’heure actuelle sur le territoire européen, avec la présence de cinq points de recharge chaque 100 km, en moyenne.

Malgré tout, la présence de points de recharge sur le sol européen reste très disparate. En effet, l’Allemagne, la France et les Pays-Bas cumulent à eux-seuls 69% des bornes de recharges accessibles à travers l’Europe, tandis que dix pays européens n’ont toujours aucun point de recharge disponible sur un périmètre de 100 km

Ainsi, la progression du nombre de points de charge est un facteur déterminant à ne surtout pas négliger pour assurer une croissance durable du marché de l’automobile électrique.  

Budget auto 2023100 000 : c’est le nombre de stations de recharge qui seront ouvertes et installées au public en 2023, grâce à un appel à projet de 300 millions €. Les bornes à domicile pour les particuliers, quant à elles, continueront de bénéficier d’une TVA réduite à 5,5 % pour leur installation. 


Lire aussi
: Bornes de recharge gratuites : où et comment les trouver ?

Vous souhaitez installer une borne de recharge ?

Une production croissante des voitures électriques

On assiste désormais à une hausse considérable du nombre de voitures électriques produites, et ce, à l’échelle mondiale. En effet, les constructeurs automobiles misent de plus en plus sur la mobilité électrique en ce qui concerne leur catalogue de véhicules.

À cet effet, on observe, dans le même temps, la multiplication d’usines en France dédiée à la production de véhicules électriques et de ses composants.

Les berceaux de production des voitures électriques en Europe

Actuellement, l’Allemagne s’affiche comme le premier producteur de véhicules électriques en Europe. Tesla a notamment choisi, lui aussi, de s’implanter en Allemagne avec l’ouverture d’une nouvelle usine aux abords de Berlin depuis mars 2022, qui permettra d’assurer la production de 500 000 SUV électriques chaque année.

En deuxième position, on retrouve la France qui continue de s’appuyer sur certaines de ses grandes usines locales pour la fabrication de composants pour véhicules électriques.
On peut notamment noter la grande usine Stellantis Hordain, située dans le nord de la France, qui accueille notamment la production d’utilitaires 100% électriques, à l’instar du Peugeot e-Expert et du Citroën ë-Jumpy.

Par ailleurs, un plan d’investissement a déjà été amorcé en faveur de la construction d’une usine de séparateur électrique sur le territoire français, avec l’ambition de couvrir 100% de la demande de séparateurs électriques en France. 

Lire aussi : Les voitures électriques fabriquées en France


Mais ce n’est pas tout. En effet, l’Espagne compte, elle aussi, tirer parti de la montée du marché de l’électromobilité et développer sa production de voitures électriques. En effet, l’Espagne a enregistré
une progression de 54,7% de sa production de voitures électriques sur les neufs premiers mois de l’année 2022, comparativement à l’an passé, avec un total de 83 733 véhicules électriques produits sur le territoire.

En outre, de nombreux investissements ont été placés dans la production locale de véhicules électrifiés par les constructeurs automobiles présents sur la péninsule ibérique. De quoi permettre à l’Espagne de marcher sur les traces de ses voisins français et allemands jusqu’à devenir le premier pays producteur de véhicules électriques en Europe, à l’horizon 2030.

L’expansion de la mobilité électrique en Chine

Malgré les efforts des États-Unis et de l’Europe sur l’expansion de leur production domestique de batteries électriques, la Chine conserve toujours sa place de premier producteur mondial.

En effet, l’Empire du milieu se présente désormais comme un berceau important de la production des batteries pour voitures électriques à l’échelle mondiale. Ainsi, la Chine produit actuellement plus de la moitié des batteries de voitures électriques vendues dans le monde.

Cependant, le gouvernement français a, lui aussi, pour ambition d’amorcer une forte production de batteries électriques localement, comme l’a confirmé le Président de la République, Emmanuel Macron, sur Twitter :

Lire aussi : Comment économiser la batterie d’une voiture électrique ?


En outre, on assiste aussi à l’émergence d’un nombre croissant de modèles de
voitures électriques chinoises. En effet, les constructeurs automobiles chinois comptent bien mettre l’accent sur les véhicules électriques ces prochaines années, afin de devenir leader sur le marché de la mobilité électrique.

Lire aussi : Top 7 des voitures électriques chinoises en 2023

En conclusion

Nous pouvons partir du constat que les normes mises en place en faveur de la mobilité électrique par les différents gouvernements, notamment à l’échelle européenne, permettra d’assurer son développement sur le long terme. De plus, c’est une tendance qui sera, sans nul doute, suivie par les autres États, à l’échelle mondiale, mettant la décarbonisation au centre des préoccupations du marché de l’automobile dans les années à venir.

L’avenir des voitures électriques s’annonce ainsi encourageant et même fructueux, porté par une multiplication progressive des modèles et des options existantes en matière de véhicules presque zéro-émission. La prochaine étape pour le marché de l’électrique est maintenant d’être en mesure de proposer des offres de véhicules électriques toujours plus diversifiées, qui permettront de répondre à l’ensemble des besoins et attentes des automobilistes.

Faites-vous livrer votre future voiture électrique pour la nouvelle année !

Découvrez plusieurs modèles de véhicules électriques livrables rapidement ! 

Anaëlle Babled
Anaëlle Babled

À travers la rédaction d'articles, j'aspire à accompagner les particuliers et les professionnels dans leur passage à l'électrique et promouvoir ainsi le développement de la mobilité douce.

À lire aussi